John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Thrombose de la veine porte Volume 10, numéro 3, Mai 2003

Auteurs
Service d’hépato-gastroentérologie, hôpital St-Camille, 94360 Bry-sur-Marne. E-mail : b.condatch-bry.org. Service d’hépatologie, Hôpital Beaujon, 100 bd du Général-Leclerc, 92110 Clichy.

La thrombose de la veine porte est la deuxième cause d’hypertension portale en Occident, après la cirrhose. Son diagnostic peut être porté à la phase aiguë, à l’occasion d’une douleur abdominale ou après apparition d’une circulation veineuse collatérale porto-porte entraînant la formation du cavernome portal ; les symptômes révélateurs seront une rupture de varices œsophagiennes ou de manifestations d’hypersplénisme. En l’absence de carcinome hépatocellulaire ou d’adénocarcinome pancréatique, il faut rechercher des arguments en faveur d’une cirrhose, d’une cause locale (foyers septiques intra-abdominaux, chirurgie abdominale, splénectomie, pancréatites) et d’une ou plusieurs affection(s) prothrombotique(s) (des états prothrombotiques héréditaires ou acquis sont présents dans 70 % des cas, syndromes myéloprolifératifs en premier lieu). Le traitement anticoagulant permet le plus souvent une reperméabilisation des vaisseaux thrombosés en cas de thrombose récemment constituée. Certains patients atteints de cavernome portal peuvent également bénéficier du traitement anticoagulant ; ils sont atteints d’affection prothrombotique ne présentant pas de grosses varices œsophagiennes ou gastriques ou présentant de grosses varices œsophagiennes ou gastriques n’ayant jamais saigné et traités en prévention des hémorragies dues à l’hypertension portale selon les mêmes modalités que dans la cirrhose. Dans les autres cas, le bénéfice du traitement anticoagulant est possible, mais moins clairement établi.