John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Tabac et foie Volume 11, numéro 4, Juillet-Août 2004

Auteur
Fédération d’hépato‐gastroentérologie, Hôpital Beaujon, 100, avenue du Général‐Leclerc, 92110 Clichy

Plusieurs études épidémiologiques ont montré que la consommation de tabac, indépendamment des autres facteurs étudiés et en particulier de la consommation d’alcool, augmente le risque de survenue d’une cirrhose chez les consommateurs d’alcool, la mortalité des malades atteints de cirrhose alcoolique, le risque de cirrhose chez les porteurs chroniques de l’antigène HBs, le risque de carcinome hépatocellulaire en cas de maladie chronique du foie d’origine virale, et aggrave les lésions histologiques en cas d’hépatite chronique C. D’autres études ont montré aussi une augmentation, chez les fumeurs, du risque de cirrhose biliaire primitive, d’hyperplasie nodulaire focale, de lithiase biliaire, de cancer en cas de cholangite sclérosante. De nombreuses études expérimentales ont montré que le tabac induisait, dans différents organes, un stress oxydant avec peroxydation lipidique, des altérations des macromolécules (protéines et ADN), des modifications de nombreuses cytokines pro ou anti‐inflammatoires. La plupart de ces effets toxiques ont également été rapportés avec l’alcool et considérés comme responsables des lésions alcooliques du foie, ce qui rend plausibles, à la fois, la toxicité hépatique du tabac et une synergie avec l’alcool.