John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Sténose des voies biliaires : diagnostic et traitement Volume 21, numéro 8, Octobre 2014

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8
  • Figure 9

Tableaux

Auteur
Hôpital Européen Georges Pompidou,
service de gastro-entérologie,
20 rue Leblanc,
75015 Paris,
France ;
Hôpital Privé,
1 rue Velpeau,
92160 Antony,
France

Le diagnostic d’une sténose biliaire est souvent posé suite à l’apparition d’un ictère ou d’une angiocholite. Parfois, la cause de la sténose apparaît évidente compte tenu du contexte et de l’aspect au scanner : maligne (cancer du pancréas, métastases compressives ganglionnaires ou intrahépatiques) ou bénigne (sténose post-cholécystectomie, sténose d’une anastomose biliaire chirurgicale). En l’absence d’orientation, un cholangiocarcinome est suspecté mais est plus difficile à affirmer avec certitude. Une importante proportion de ces sténoses reste « indéterminée » après une première série d’explorations incluant cholangio-pancreato-IRM, écho-endoscopie et éventuelle ponction, cholangio-pancréatographie rétrograde endoscopique avec réalisation d’un brossage et de biopsies endobiliaires. Les difficultés diagnostiques sont encore majorées dans les contextes particuliers de la cholangite sclérosante primitive ou la pancréatite chronique calcifiante, où il existe fréquemment des sténoses de nature inflammatoire mais avec un risque de transformation tumorale. Dans ces sténoses indéterminées, des explorations supplémentaires doivent être mises en œuvre, comme la cholangioscopie, complétée si nécesssaire par une analyse en endomicroscopie confocale, pour réaliser des biopsies ciblées de la lésion. En dehors des traitements chirurgicaux qui ne sont envisagés que chez un faible nombre de patients, le traitement des sténoses biliaires repose sur la mise en place de prothèses dans les voies biliaires, couplée au traitement étiologique. Lorsqu’il s’agit d’une sténose bénigne ou indéterminée, le principe est de positionner des prothèses plastiques ou métalliques couvertes extractibles, pour obtenir un calibrage temporaire de la sténose avant l’extraction du matériel. Lorsqu’il s’agit d’une sténose maligne, les prothèses métalliques, le plus souvent non couvertes, ont une durée de perméabilité longue.