John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Sofosbuvir et les inhibiteurs NS5A chez les patients co-infectés VIH/VHC Volume 23, supplément 1, Février 2016

Auteur
Hôpital Cochin,
département d’hépatologie,
unité d’hépatologie,
27 rue du Faubourg Saint Jacques,
75014 Paris,
France ;
Université Paris Descartes ;
Inserm U-818 et UMS20,
Institut Pasteur,
Paris,
France
* Tirés à part

L’infection par le VHC augmente la progression de la fibrose hépatique chez les patients vivant avec le VIH (PVVIH) mais aussi, comme dans la population non infectée par le VIH, les risques de morbi-mortalité extrahépatique. Ceci explique que l’infection virale C continue, malgré les progrès dans l’immuno-restauration et la réduction de l’hépatotoxicité des anti-rétroviraux, d’augmenter le risque de mortalité globale, hépatique et extrahépatique. La guérison virologique permet une réduction significative de la sur-mortalité globale, hépatique et extrahépatique. La guérison du VHC doit donc être offerte aux patients co-infectés VIH/VHC (comme théoriquement à l’ensemble des patients infectés par le VHC) et ceci est aujourd’hui possible en France où les co-infectés seront probablement la « première » catégorie de patients chez lesquels une élimination de l’infection virale C sera obtenue si on améliore dépistage et accès aux traitements. Cette revue résume l’essentiel des résultats obtenus avec une combinaison sofosbuvir et inhibiteur NS5A, qui apparaît comme l’une des options thérapeutiques optimales puisque permettant un taux de guérison de plus de 90 % de guérison chez les PVVIH, comparable à celui obtenu chez les patients non infectés par le VIH.