John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Situations postopératoires difficiles après chirurgie coloproctologique Volume 18, numéro 5, Septembre-Octobre 2011

Auteur
Université Paris-V, Institut mutualiste Montsouris, clinique du Trocadéro Paris, 52, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France

En dehors des complications immédiates, l’évolution postopératoire peut être marquée par des symptômes non attendus. Il faut éliminer ceux en rapport avec la maladie et ceux qui étaient présents avant le geste. On recherche ensuite une complication ou une pathologie latente qui peut avoir favorisé les troubles. Une information constante et loyale à toutes les étapes est nécessaire pour améliorer la tolérance de symptômes dégradant la qualité de vie (douleur, incontinence). Le traitement n’est pas une urgence ; il doit recourir aux moyens médicaux les plus simples. Ils sont souvent suffisants car l’amélioration spontanée peut être lente. Le retard de cicatrisation est favorisé par l’infection de la plaie. La régularisation du transit est nécessaire dans l’incontinence anale comme pour la constipation terminale. Dans tous les cas, les patients préfèrent leur inconfort à une stomie. L’analyse précise du symptôme peut nécessiter plusieurs consultations ; l’observance au traitement doit être contrôlée notamment pour les modificateurs du transit. Le risque d’une reprise chirurgicale doit être particulièrement évalué pour les maladies bénignes ou en cas d’alternatives thérapeutiques.