John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Sang fécal occulte : quelle frontière entre physiologique et pathologique ? Volume 22, numéro 2, Février 2015

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
Auteur
Hôpitaux Civils de Colmar, service de médecine A, 39 avenue de la Liberté, 68024, Colmar Cedex, France
* Tirés à part

Il existe une perte physiologique de sang dans les selles inférieure à 1 mL/jour. Cette hémoglobine fécale physiologique n’est pas détectable par les tests immunochimiques quantitatifs de recherche de sang dans les selles dans la moitié des cas et est inférieure à 20 μg Hb/g de selle dans plus de 90 % des cas. Cependant, même en dessous de ce seuil, le taux d’hémoglobine fécale est corrélé au risque de découvrir ultérieurement une néoplasie colorectale et de décéder d’un cancer colorectal. Le taux physiologique d’hémoglobine fécale augmente avec l’âge, est plus élevé chez l’homme que chez la femme, chez les personnes de faible niveau socio-économique, et varie selon le pays, la race, le groupe ethnique et le type de test utilisé. Le taux d’hémoglobine fécale est significativement supérieur en cas de cancer qu’en cas d’adénome avancé et en cas d’adénome avancé par rapport aux adénomes non avancés. Il n’y a pas de différence entre adénome non avancé et côlon normal ou siège d’une affection non néoplasique. Cependant, les taux observés dans chacun de ces groupes sont répartis sur une très large fourchette, avec un chevauchement important entre les différents groupes. Le taux d’hémoglobine fécale augmente principalement avec la taille de la lésion néoplasique, mais aussi avec sa forme pédiculée et sa localisation distale.