John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Radioembolisation des métastases hépatiques de cancer colorectal Volume 29, numéro 4, Avril 2022

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3

Tableaux

Auteurs
1 Unicancer, Institut Bergonié, Oncologie médicale, 229 cours de l’Argonne, 33076 Bordeaux Cedex
2 Unicancer, Institut Bergonié, Médecine nucléaire, 229 cours de l’Argonne, 33076 Bordeaux Cedex
3 Unicancer, Institut Bergonié, Radiopharmacie, 229 cours de l’Argonne, 33076 Bordeaux Cedex
4 Unicancer, Institut Bergonié, Radiophysique, 229 cours de l’Argonne, 33076 Bordeaux Cedex
5 Unicancer, Institut Bergonié, Radiologie interventionnelle, 229 cours de l’Argonne, 33076 Bordeaux Cedex
* Correspondance : S. Pernot

La radioembolisation des métastases hépatiques de cancer colorectal, ou radiothérapie interne sélective, est une technique qui consiste à délivrer par l’artère hépatique des microsphères chargées d’yttrium-90 radioactif, directement au sein des métastases hépatiques. L’effet thérapeutique de la radioembolisation est lié à la radiothérapie interne et non à l’embolisation. Elle nécessite plusieurs étapes rigoureuses, faisant intervenir des radiologues interventionnels, des médecins nucléaires, des radiopharmaciens et des radiophysiciens : une étape de simulation aux macroaggrégats d’albumine humaine, la dosimétrie, et la phase de traitement. La radio-embolisation est disponible en France depuis une dizaine d’années. Elle a été validée chez les patients ayant des métastases hépatiques exclusives réfractaires aux traitements systémiques, dans quelques études de faibles effectifs, permettant son remboursement par l’assurance maladie dans cette indication. De récentes grandes études de phase III ont évalué cette technique associée à la chimiothérapie, dès la première et deuxième ligne. En dépit d’une activité antitumorale évidente, permettant une amélioration du contrôle local, ces études n’ont en revanche pas permis de montrer un bénéfice en survie globale. Une amélioration des techniques de dosimétrie, une meilleure sélection des patients et des combinaisons avec des traitements susceptibles d’apporter des effets biologiques synergiques pourraient à l’avenir faire reconsidérer la place de la radioembolisation dans les lignes précoces de traitement.