John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Qui et comment dépister ? Volume 16, numéro spécial 2, septembre 2009

Auteur
Service de santé publique, groupe hospitalier Henri-Mondor–Albert-Chenevier, 51, avenue du Maréchal-Delattre-de-Tassigny, 94010 Créteil cedex, France

D’après l’enquête de prévalence des hépatites B et C de l’Institut de veille sanitaire (InVS), seuls 45 % des sujets porteurs chroniques de l’Ag HBs seraient dépistés. Pourtant, le dépistage des porteurs du VHB a le double intérêt de permettre : 1) une prévention vis-à-vis de l’entourage par la proposition de la vaccination ; 2) l’évaluation du statut inactif ou actif de l’infection, pour la mise en place d’un programme de surveillance ou d’un traitement. Le dépistage est obligatoire, en France, chez la femme enceinte, au sixième mois de grossesse, afin de permettre la sérovaccination des nouveau-nés de mère Ag HBs positive. L’exhaustivité de ce dépistage et la couverture vaccinale des nouveau-nés à risque sont sûrement imparfaites, comme en témoignent les cas d’hépatite déclarés chez des enfants nés de mère Ag HBs positive, n’ayant pas bénéficié d’une sérovaccination à la naissance. En dehors de cette situation, le dépistage est recommandé avant la vaccination des personnes les plus exposées au risque d’hépatite B, notamment les personnes de l’entourage d’un sujet infecté, les personnes exposées au risque sexuel, les usagers de drogue, les personnes originaires d’un pays de forte endémie virale B. Chez ces personnes à fort risque de contact antérieur avec le VHB, le dépistage comporte en un temps la recherche d’Ag HBs, d’Ac anti-HBc et anti-HBs, ce qui permet de conclure d’emblée à l’utilité d’une vaccination, à la guérison ou au portage chronique. Le dépistage est donc fortement lié à la proposition de vaccination, qui a du mal à s’imposer en France. La relance de la vaccination est donc le pivot essentiel pour une amélioration du dépistage qui devrait être fait de façon plus systématique dans les populations particulièrement exposées, et ce dans toutes les structures de soins prenant en charge ces populations.