John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Quels objectifs thérapeutiques dans les MICI en 2009 ? Volume 16, numéro spécial 1, Maladie de Crohn : vers une « rémission profonde » en 2009

Auteurs
Service d’hépato-gastroentérologie, CHU de Nancy-Brabois, allée du Morvan, 54511 Vandœuvre-lès-Nancy, France

La maladie de Crohn (MC) est une pathologie chronique et destructrice contre laquelle les thérapies actuellement disponibles semblent inadéquates. Les objectifs historiques de sa prise en charge, à savoir l’induction et le maintien de la réponse et de la rémission cliniques ne semblent pas modifier son histoire naturelle. Actuellement, les objectifs thérapeutiques de la MC convergent vers l’obtention d’une rémission sans corticoïdes, d’une cicatrisation muqueuse endoscopique ainsi que d’une réduction des taux d’hospitalisation et de chirurgie. L’utilisation précoce d’azathioprine et/ou des molécules anti-TNFα est une option thérapeutique possible et permettra, vraisemblablement, d’atteindre de nouveaux objectifs thérapeutiques que sont la réduction de la destruction de la paroi intestinale (bowel damage, en anglais), la prévention des complications (sténose, fistule, abcès) et le maintien d’une physiologie gastro-intestinale normale. La rectocolite hémorragique (RCH) est une maladie caractérisée par une évolution imprévisible pouvant parfois imposer, chez un sous-groupe de patients, la réalisation d’une colectomie totale avec anastomose iléoanale. Les objectifs historiques du traitement de la RCH, sont représentés par l’induction et le maintien de la rémission clinique. Les objectifs actuels de la prise en charge de la RCH incluent la rémission sans corticoïdes, la cicatrisation muqueuse endoscopique et la réduction des taux d’hospitalisation et de chirurgie. Les objectifs futurs de la prise en charge de la RCH envisageront l’obtention d’une rémission clinique et d’une cicatrisation muqueuse endoscopique soutenues avec réduction des risques de dysplasie et de cancer colorectal, et enfin, le maintien d’une physiologie gastro-intestinale normale. Bien que la mésalazine représente le traitement de première ligne de la RCH, la stratégie thérapeutique de deuxième ligne (azathioprine et/ou anti-TNFα) reste à déterminer de façon plus précise.