John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Qu'attend le chirurgien de l'imagerie dans le bilan préopératoire d'un cancer du rectum ? Volume 17, numéro 5, septembre-octobre 2010

Auteurs
Service de chirurgie colorectale, Pôle des maladies de l'appareil digestif (PMAD), Hôpital Beaujon (AP-HP), 100, boulevard du Général Leclerc, 92118 Clichy, France, Service de radiologie, Hôpital Beaujon (AP-HP), 100, boulevard du Général Leclerc, 92118 Clichy, France

La prise est charge du cancer du rectum est complexe, de nombreuses options thérapeutiques étant disponibles, tant sur le plan médical que chirurgical. Le bilan d'imagerie préopératoire est constitué de deux examens d'imagerie : l'échoendoscopie rectale (EER) et l'IRM pelvienne. Ces deux examens, complémentaires l'un de l'autre, sont fondamentaux pour le chirurgien, car ils vont permettre de recueillir les informations nécessaires à l'élaboration de l'ensemble de la stratégie thérapeutique. L'EER est l'examen de première ligne dans tout cancer du rectum et va permettre de préciser la taille, le siège, le stade T et le stade N de la tumeur. Elle sera complétée par l'IRM pelvienne, particulièrement utile en cas de doute sur la localisation de la tumeur, de tumeur sténosante ou d'atteinte d'un organe de voisinage, et qui permettra, de plus, de préciser la marge prévisible de résection circonférentielle. L'ensemble de ces informations va guider l'indication d'une radiochimiothérapie néoadjuvante et d'une exérèse transanale, en alternative à la proctectomie avec exérèse totale du mésorectum. De plus, ces examens vont permettre de prévoir au mieux les possibilités de préservation sphinctérienne. Enfin, après traitement néoadjuvant, la réalisation d'une deuxième IRM pelvienne permettra d'évaluer la réponse tumorale à la radiochimiothérapie.