John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Prise en charge des métastases hépatiques du cancer colorectal en 2014 Volume 21, numéro 7, Septembre 2014

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6

Tableaux

Auteurs
1 CHU de Saint-Étienne,
Hôpital Nord,
service d’hépato-gastroentérologie et d’oncologie digestive,
42055 Saint-Étienne,
France
2 CHRU de Lille 2,
service d’oncologie médicale,
avenue Oscar Lambret,
59037 Lille Cedex,
France

Par sa fréquence et sa gravité, le cancer colorectal (CCR) constitue un véritable enjeu de santé publique dans la plupart des pays développés (plus de 200 000 décès chaque année en Europe). Les progrès thérapeutiques majeurs permettent aujourd’hui de développer des stratégies de prise en charge multidisciplinaires optimisées et personnalisées capables d’améliorer considérablement la survie des patients. Elle était en médiane de 6 mois dans les années 90 et est actuellement de plus de 2 ans avec les associations de chimiothérapies cytotoxiques et de thérapies ciblées. La prise en charge des métastases hépatiques est un enjeu majeur car elle concerne 8 patients sur 10. La résécabilité de ces métastases a fait des progrès considérables depuis 10 ans. Elle confère une survie de 30 % à 5 ans aux patients pouvant être opérés. Des scores pronostiques permettent dès le début de la maladie d’adapter au mieux les stratégies médico-chirurgicales. Ainsi, le nombre de sites métastatiques, le taux de LDH et de phosphatase alcaline, d’ACE et l’état général du patient constituent les principaux paramètres à prendre en compte et permettent de définir des groupes de patients de bon pronostic, pronostic intermédiaire et mauvais pronostic. L’avènement des thérapies ciblées a permis, à travers la détermination de biomarqueurs prédictifs (KRAS et NRAS) ou le développement de stratégies de blocage continu de l’angiogenèse, d’améliorer le pronostic de tous ces groupes de patients. Nul doute que l’avenir permettra d’amplifier ces résultats grâce aux innovations thérapeutiques toujours plus nombreuses et au développement de la médecine personnalisée.