John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Prise en charge des corps étrangers du tractus digestif Volume 28, numéro 1, Janvier 2021

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6

Tableaux

Auteurs
1 Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, Hôpital de Hautepierre, Pôle des pathologies digestives, hépatiques et de la transplantation, Service d’hépato-gastroentérologie et d’assistance nutritive. 67098 Strasbourg Cedex
2 Clinique Sainte Barbe, Service d’hépato-gastroentérologie, 67000 Strasbourg
* Correspondance

L’ingestion de corps étrangers représente la deuxième indication d’endoscopie en urgence. Elle concerne les enfants dans plus de 70 % des cas. Chez l’adulte, ce sont les impactions alimentaires qui sont les plus fréquentes ; elles doivent systématiquement faire chercher une maladie œsophagienne sous-jacente. Diagnostiquer l’ingestion est généralement facile, reposant sur un interrogatoire détaillé et sur des clichés radiographiques. La recherche d’éventuelles complications est indispensable (perforation, fistule, hémorragie, occlusion…). Les objets ingérés sont le plus souvent trouvés dans l’œsophage (80 %) et à moindre mesure dans l’estomac (15 %). Quatre-vingts à 90 % des corps étrangers ingérés progressent spontanément dans le tractus gastro-intestinal. Seuls 10 à 20 % restent impactés, nécessitant un geste endoscopique et moins de 1 % une prise en charge chirurgicale. L’indication et le délai de réalisation d’une endoscopie digestive haute dépendent de plusieurs facteurs, les principaux étant la localisation et le type de corps étranger ingéré. Seuls les corps étrangers obstructifs de l’œsophage, les piles-boutons et objets pointus ou tranchants intra-œsophagiens nécessitent une endoscopie en urgence absolue (< 6 heures). L’extraction endoscopique est un succès dans plus de 92 % des cas et s’associe à un faible risque de complications (< 5 %). Bien que moins fréquents, les corps étrangers intra-rectaux ne sont pas rares ; en cas d’échec d’extraction manuelle ou endoscopique, le recours à la chirurgie est nécessaire.