John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Prise en charge de l’occlusion sur carcinose péritonéale d’origine digestive Volume 20, numéro 4, Avril 2013

Auteurs
CHU de Poitiers, service d’hépato-gastro-entérologie, 2 rue de la Milétrie, 86000 Poitiers Cedex, France, Université de Poitiers, EA 4331, laboratoire Inflammation Tissus Epithéliaux et Cytokines, avenue du recteur Pineau, 86022 Poitiers Cedex, France, CHU de Poitiers, service de radiologie, 2 rue de la Milétrie, 86000 Poitiers Cedex, France

Près de 25 % des patients atteints de cancers digestifs auront dans l’évolution de leur maladie une carcinose péritonéale (CP). Le diagnostic d’occlusion sur CP est parfois difficile et repose sur un faisceau d’arguments nécessitant la réalisation d’un scanner et l’élimination de certains diagnostics différentiels. L’objectif principal du traitement est de permettre la reprise du transit, tout en préservant la qualité de vie du patient, et permettre son retour à domicile. Le niveau de preuve des thérapeutiques utilisées reste faible. L’efficacité de la corticothérapie n’a pas été démontrée dans les essais randomisés, contrairement à la scopolamine. L’octréotide a une efficacité supérieure à la scopolamine. Une combinaison d’emblée d’octréotide, de corticoïdes et d’un traitement symptomatique est la stratégie thérapeutique la plus efficace pour obtenir une résolution rapide et complète des symptômes. Un relais par analogues de la somatostatine à action prolongée est probablement bénéfique malgré la négativité des deux essais thérapeutiques français récents. La chirurgie et la pose d’une sonde nasogastrique doivent être évitées. En cas d’échec du traitement médicamenteux, une gastrostomie peut se discuter en fonction du pronostic. La prise en charge doit être multidisciplinaire et privilégier la qualité de vie.