John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Prise en charge chirurgicale des cholangiocarcinomes Volume 21, numéro 8, Octobre 2014

Illustrations

  • Figure 2
  • Figure 1
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7

Tableaux

Auteurs
CHU de Rennes, hôpital Pontchaillou, service de chirurgie hépatobiliaire et digestive, 35033 Rennes Cedex, France
* Tirés à part

Les cholangiocarcinomes sont développés à partir de l’épithélium des voies biliaires. On en distingue 2 types : les cholangiocarcinomes intrahépatiques développés en plein parenchyme et les cholangiocarcinomes périhiliaires développés dans la région du hile et qui obstruent la convergence des voies biliaires.

Les cholangiocarcinomes intrahépatiques sont souvent découverts à un stade tardif lorsque la tumeur est volumineuse. Le diagnostic est confirmé par la biopsie percutanée. L’exérèse lorsqu’elle est possible est associée aux meilleures chances de survie. L’injection ciblée intra-artérielle hépatique d’Yttrium-90 associée à une chimiothérapie à base de sels de platine est un traitement prometteur pour amener à la résécabilité des tumeurs qui ne l’étaient pas initialement.

Les cholangiocarcinomes périhiliaires contractent avec les vaisseaux du hile des rapports étroits qui font la difficulté de leur exérèse. Le diagnostic et la résécabilité sont affirmés sur un faisceau de signes radiologiques donnés par le scanner injecté et l’IRM avec cholangio-IRM. La chirurgie lorsqu’elle est possible constitue le meilleur traitement, mais n’est permise qu’après une longue phase de préparation visant à améliorer la condition du malade et optimiser le volume et la fonction du futur foie restant. La transplantation hépatique trouve une place dans la prise en charge des malades jeunes présentant une tumeur localisée au foie et inextirpable.