John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Prévalence de la maladie hépatique dans une population asymptomatique Volume 10, numéro 3, Mai 2003

Auteur
  • Page(s) : 231
  • Année de parution : 2003

Auteur(s) : Aurélie Plessier

Alberti A, Noventa F, Benvegnu L, Boccato S, Gatta A. Prevalence of liver disease in a population of asymptomatic persons with hepatitis C virus infection. Ann Intern Med 2002 ; 137 : 961-4. 

Le but de l’étude était d’évaluer la prévalence de l’hépatite C, l’activité histologique et la sévérité de l’atteinte hépatique dans une population non sélectionnée, cliniquement asymptomatique. 
Une sérologie anti-HCV (Elisa) était effectuée chez 4 820 adultes apparemment sains, âgés de 16 à 60 ans, au cours d’un programme de dépistage d’affections cardio-vasculaires, proposé par Telecom Italie à ses employés, en Italie du Nord. Lorsque la sérologie était positive, une nouvelle sérologie et une PCR étaient effectuées un mois plus tard. La PCR était contrôlée à 1 et 3 mois si la précédente était négative. Les ALAT étaient mesurées à 1, 3, 6 et 12 mois et une ponction-biopsie hépatique (PBH) était proposée aux patients ayant une PCR positive. 
Parmi 116 patients (2,4 %) ayant une sérologie de l’hépatite C positive, 85 (1,76 %) avaient une virémie positive et la moitié avaient des transaminases en permanence normales. L’activité et/ou la fibrose étaient supérieures à 2 chez 20 % des patients à transaminases normales et chez 60 % des patients avec des transaminases augmentées. La prévalence de l’infection virale C et la sévérité de la maladie hépatique augmentaient avec l’âge. 

Cette étude évalue le risque d’avoir une maladie hépatique déjà évoluée, dans une population totalement asymptomatique peu sélectionnée. Malheureusement, la population étudiée est géographiquement limitée (Italie du Nord) et les cofacteurs ne sont pas pris en compte (alcool, surcharge pondérale...). Cependant, le taux élevé de patients avec une atteinte histologique significative (A > 2 et/ou F > 2) lorsque la PCR était positive incite à effectuer un dépistage plus large, à l’heure de la bithérapie pégylée.