John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Place du dosage de l’infliximabémie et des anticorps anti-infliximab sériques dans la prise en charge thérapeutique des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin Volume 18, supplément 5, Septembre 2011

Auteurs
CHU de Saint-Étienne, Service de gastroentérologie, 42 000 Saint-Étienne, France, CHU de Saint-Étienne, laboratoire d’immunologie, 42 000 Saint-Étienne, France

L’apport des anti-TNF a modifié considérablement notre prise en charge thérapeutique dans les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI). La perte d’efficacité de ces molécules avec le temps est bien établie et l’optimisation de ces traitements est recommandée. L’apport des dosages immunologiques de l’infliximab et des anticorps anti-infliximab (ATI) est important en cas d’échappement thérapeutique. Ces dosages concomitants permettent ainsi de personnaliser nos prescriptions. Ainsi, en cas d’échec thérapeutique sous infliximab, l’absence de taux résiduel nous fera discuter une augmentation de doses alors qu’un taux mesurable fera discuter un changement de classe thérapeutique. Un des écueils actuels est l’absence de cut-off prédictif de réponse thérapeutique concernant l’infliximabémie lié à une grande variabilité interindividuelle avec ce type de dosage. Il existe, en tout cas, une forte corrélation entre réponse thérapeutique et infliximabémie. Dans l’avenir, il sera important de savoir si une optimisation doit être proposée en cas de baisse significative de l’infliximabémie avant toute rechute clinique.