John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Place des facteurs de croissance hématopoïétiques dans le traitement antiviral C Volume 17, supplément 5, novembre 2010

Auteurs
Université Paris-Descartes, Pôle d'hépato-gastro-entérologie médico-chirurgical, Unité d'hépatologie, Hôpital Cochin, 27 rue du Faubourg Saint Jacques, 75014 Paris, France

Le « gold-standard » actuel du traitement de l'hépatite C chronique, l'association interféron pegylé-ribavirine, permet plus de 50 % de guérisons virologiques mais est associé à des effets secondaires hématologiques (anémie liée à la ribavirine ; thrombopénie et neutropénie liées à l'interféron). Leur survenue peut nécessiter des diminutions de doses, voire un arrêt du traitement, qui engendrent une perte d'efficacité marquée par une réduction significative du taux de réponse virologique. La conséquence de cette réduction des chances de guérison est un accroissement du risque d'évolution vers une cirrhose et/ou un hépatocarcinome. Cette constatation a motivé, dans cette dernière décennie, l'emploi de facteurs de croissance hématopoïétiques en traitement complémentaire pour maintenir les antiviraux aux doses « optimales ». L'intérêt, les indications et les limites de ces traitements seront détaillés dans cette mini-revue.