John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Place de l’infliximab dans les MICI Volume 14, numéro spécial 1, Numéro spécial: Actualités MICI

Auteurs
Département d’hépatogastroentérologie, CHU Grenoble, Service d’hépatogastroentérologie CHR Orléans

L’infliximab (Remicade ®) est un anti-TNF anticorps chimérique de type IgG1 qui a l’AMM pour la maladie de Crohn (MC) luminale et anopérinéale et pour la rectocolite hémorragique (RCUH). Le traitement d’induction comporte 3 injections à S0, S2 et S6. Le traitement d’entretien passe par un traitement régulier toutes les 8 semaines qui apparaît plus efficace qu’un traitement épisodique à la demande. L’apport de cette molécule a montré sa supériorité par rapport au placebo dans toutes ces indications chez des patients en échec d’une thérapeutique classique. La cicatrisation muqueuse est importante et durable. Cet objectif devient peu à peu un des objectifs principaux au cours des maladies inflammatoires cryptogénétiques de l’intestin (MICI). Si actuellement, l’utilisation en coprescription d’immunosuppresseurs est fortement conseillée, des données contradictoires nouvelles pourraient faire modifier nos habitudes. Enfin, l’espoir avec la prescription de cette molécule serait d’espérer changer l’histoire naturelle des MICI. C’est l’un des buts de la comparaison de l’attitude step up versus top down. La méthodologie de ce travail ne nous permettra pas de conclure formellement mais l’attitude top down permet de diminuer le nombre de rechutes et d’éviter la corticothérapie. Actuellement, un essai (comparant très tôt dans l’histoire de la maladie l’azathioprine, l’infliximab ou l’association des deux au cours de la MC) permettra de confirmer ou d’infirmer ces hypothèses. Enfin, l’apport du Remicade ® chez l’enfant paraît être très intéressant tant sur la maladie elle-même que sur la croissance de l’enfant.