John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Place de l’écho-endoscopie avec ponction pour la prise en charge des tumeurs kystiques du pancréas Article à paraître

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8

Tableaux

Auteurs
Hôpital Saint-Joseph, Service d’hépato-gastroentérologie et de pancréatologie, 26 boulevard de Louvain, 13008 Marseille
* Correspondance

Les tumeurs kystiques pancréatiques sont fréquentes dans la population générale à partir de l’âge de 50 ans (5-10 %) et sont le plus souvent découvertes fortuitement. Il est primordial de différencier les tumeurs kystiques avec un risque de dégénérescence : la tumeur intracanalaire papillaire et mucineuse pancréatique, le cystadénome mucineux, la tumeur solide et pseudo-papillaire pancréatique ; des tumeurs kystiques avec un risque de dégénérescence nul ou exceptionnel : le cystadénome séreux, le lymphangiome kystique, le kyste lympho-épithélial. De plus, ces tumeurs kystiques pancréatiques devront être différenciées des lésions kystiques bénignes comme le pseudo-kyste, la duplication intestinale ou la dystrophie kystique sur pancréas aberrant. Lorsque le contexte clinique et l’aspect radiologique ne permettent pas de conclure, l’écho-endoscopie avec ponction, et analyse du liquide intra-kystique est utile pour déterminer la nature du kyste pancréatique. Des techniques récentes comme l’endomicroscopie confocale laser ou la biopsie des parois guidées par échoendoscopie augmenteraient la performance diagnostique de l’écho-endoscopie par rapport à l’aspect morphologique seul. De plus l’analyse biochimique (ACE, amylase et glucose) et génétique (K-RAS, GNAS, VHL, CTNB1) du liquide intra-kystique ont une excellente sensibilité pour distinguer les tumeurs kystiques mucineuses, des tumeurs non mucineuses. Lorsque le diagnostic de tumeur kystique pancréatique mucineuse est établi, l’évaluation de son pronostic est indispensable afin de choisir entre une surveillance et une chirurgie pancréatique préventive. L’écho-endoscopie joue un rôle majeur en mettant en évidence des signes morphologiques de mauvais pronostic. De plus la présence de certaines mutations génétiques dans le liquide intra-kystique (SMAD4, CDKN2A, TP53, PIK3CA et/ou PTEN) serait associée à un risque de dégénérescence du kyste mucineux. En conclusion, l’écho-endoscopie avec ponction est un examen indispensable pour optimiser la prise en charge des tumeurs kystiques pancréatiques.