John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Place de la radiothérapie interne sélective dans le traitement des cancers colorectaux métastatiques Volume 28, numéro 3, Mars 2021

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5

Tableaux

Auteurs
1 CHU de Poitiers, Service d’hépato-gastro-entérologie et Université de Poitiers, 86000 Poitiers
2 CHU de Bordeaux, Hôpital Haut-Lévêque, Service de médecine nucléaire, 33000 Bordeaux
3 Hospices Civils de Lyon, Hôpital Édouard-Herriot, Service d’oncologie digestive, 69437 Lyon cedex 03
4 Université de Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1, 69622 Villeurbanne cedex
* Correspondance

La radiothérapie interne sélective (RIS) hépatique utilise des microsphères d’Yttrium90 injectées dans l’artère hépatique, qui émettent un rayonnement β et permettent de traiter les métastases hépatiques de cancer colorectal (MHCCR). La RIS se déroule en deux procédures distinctes : un temps préparatoire et la phase de traitement. L’objectif de la dosimétrie personnalisée est d’être le plus tumoricide possible, mais sans risquer l’insuffisance hépato-cellulaire. La tolérance de la RIS est excellente dans la majorité des cas. Selon le TNCD, la RIS est indiquée en situation palliative en cas de maladie hépatique prédominante (≤ 5 lésions extra-hépatiques n’engageant pas le pronostic vital) ; en pratique lorsqu’un traitement par TAS-102 ou régorafenib est discuté. Nous résumons ici la littérature disponible concernant la RIS qui a permis son remboursement, mais aussi les résultats obtenus dans la prise en charge des MHCCR dans des situations plus précoces.