John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Place de la radiothérapie dans la prise en charge du carcinome hépatocellulaire Volume 23, numéro 4, Avril 2016

Tableaux

Auteurs
1 Hôpital de la Pitié-Salpêtrière,
Service d’Oncologie-Radiothérapie,
47-83, boulevard de l’Hôpital,
75651 Paris Cedex 13, France
2 Hôpital de la Croix-Rousse,
service d’hépato-gastro-entérologie,
103 Grande Rue de la Croix-Rousse,
69317 Lyon Cedex 04, France ;
UMR INSERM U1052, CNRS 5286,
Université Claude Bernard, Lyon 1, France
3 Centre Hospitalier Lyon-Sud,
service de radiothérapie-oncologie,
165, Chemin du Grand Revoyet,
69310 Pierre-Bénite, France ;
EMR 3738, Université Claude Bernard, Lyon 1,
France
* Tirés à part

La radiothérapie constitue un traitement local efficace pour de nombreux cancers. Le carcinome hépatocellulaire (CHC) est une tumeur maligne radiosensible. En dépit de ce rationnel, la radiothérapie a été peu fréquemment utilisée chez les patients atteints de CHC. La prévalence élevée de la cirrhose parmi les malades concernés et les toxicités radio-induites potentiellement sévères, en particulier l’hépatite, ont longtemps constitué un obstacle majeur. Comme d’autres traitements anticancéreux, la radiothérapie a accompli des progrès techniques significatifs. Ces avancées, telles que la radiothérapie conformationnelle par modulation d’intensité ou l’irradiation en conditions stéréotaxiques, présentent comme point commun l’administration de doses plus élevées au sein du volume cible tout en épargnant davantage les organes de voisinage, notamment le parenchyme hépatique non tumoral. L’irradiation est devenue plus précise en raison d’une meilleure reproductibilité. Les techniques de radiothérapie asservie à la respiration et de radiothérapie guidée par l’image se sont développées et réduisent l’exposition des tissus sains aux rayonnements ionisants. De multiples études, rétrospectives comme prospectives, ont mis en évidence l’efficacité de la radiothérapie comme traitement du CHC ainsi qu’une incidence limitée d’effets secondaires.