John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Panniculite mésentérique (mésentérite rétractile) Volume 21, numéro 8, Octobre 2014

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
Auteur
CHRU Jean-Minjoz,
service de gastroentérologie et endoscopie digestive,
F25030 Besançon,
France

La panniculite mésentérique (PM) est un processus inflammatoire aspécifique affectant le pédicule adipeux du mésentère, asymptomatique et souvent de découverte fortuite, ou parfois révélé par de la fièvre, des douleurs abdominales, des troubles du transit ou des vomissements. Son diagnostic est scanographique et se défini par une augmentation de la densité de la graisse mésentérique (« misty mesentery ») associée à des nodules tissulaires au sein de cette infiltration. Une pseudocapsule hyperdense qui circonscrit le mésentère inflammatoire et/ou un halo graisseux autour des vaisseaux et des nodules (« fat ring sign ») peuvent aussi être présents. Le diagnostic différentiel qui doit être écarté est le lymphome non-hodgkinien qui se différencie par la taille et l’aspect des nodules mésentériques au scanner. La PM peut être associée à un cancer, qui est le plus souvent à distance, et/ou à des affections bénignes abdomino-pelviennes ou rétropéritonéales. Un bilan clinique et paraclinique initial permet d’éliminer une maladie néoplasique si elle n’est pas déjà connue ; la découverte de la PM est cependant toujours concomitante de la néoplasie.

Les formes sclérosantes (ou rétractiles) de PM sont exceptionnelles, elles représentent une entité histologique où la fibrose prédomine et sont rencontrées dans des situations d’urgence chirurgicale. Le traitement des PM ne fait pas l’objet de consensus et ne s’adresse qu’aux formes symptomatiques. Il fait principalement appel aux corticoïdes, parfois associés à d’autres anti-inflammatoires ou immunosuppresseurs, rarement à la chirurgie, dans les formes sclérosantes compliquées.