John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Pancréatites et maladies inflammatoires chroniques intestinales Volume 20, numéro 1, Janvier 2013

Auteurs
CHU de Caen, pôle médecine d’organes et cancérologie, service d’hépato-gastro-entérologie et nutrition, BP 95182, 14033 Caen Cedex 09, France, Hôpital Beaujon, pôle des maladies de l’appareil digestif, service de pancréatologie, 100 boulevard du Général-Leclerc 92118 Clichy cedex, France ; Université Paris 7 Denis Diderot, France, Université de Caen Basse-Normandie, EA4652 (laboratoire microenvironnement cellulaire et pathologies), SFR ICORE, UFR de Médecine, CHU de Caen, Avenue Côte de Nacre, 14032 Caen Cedex, France

La maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique sont associées à des manifestations extra-intestinales, notamment pancréatiques. Le risque de pancréatite aiguë est multiplié par quatre en cas de maladie de Crohn et par deux en cas de rectocolite hémorragique. Les causes biliaires en cas de maladie de Crohn iléale, la toxicité pancréatique des aminosalicylés, de l’azathioprine et de la 6-mercaptopurine, ainsi que les localisations duodénales de maladie de Crohn sont à chercher en priorité. Le taux de pancréatites aiguës idiopathiques est également augmenté, tout comme la prévalence des pancréatites chroniques, évaluée à 1,5 %. Les pancréatites chroniques partagent les mêmes anomalies canalaires et caractéristiques histologiques que les pancréatites chroniques auto-immunes de type 2. Il faut donc savoir chercher une pancréatite auto-immune devant toute pancréatite « idiopathique » liée à une maladie inflammatoire chronique intestinale. Le diagnostic reste difficile faute d’examens spécifiques. L’IRM pancréatique pourrait être intéressante dans cette indication.