John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Pancréatite aiguë post-CPRE : comment la prévenir ? Volume 17, numéro 2, mars-avril 2010

Auteur
Unité d'endoscopie digestive diagnostique et interventionnelle, Hôpital Cochin, pavillon Achard, 27 rue du Faubourg St Jacques, 75014 Paris

La pancréatite aiguë (PA) demeure la plus fréquente des complications liées à l'endoscopie interventionnelle biliopancréatique (CPRE). Certains de ses facteurs de risque, liés au patient (jeune âge, sexe féminin), à l'indication (dysfonction oddienne, ampullectomie) ou au geste réalisé (sphinctérotomie pancréatique, sphinctéroclasie) ont été bien identifiés. La sélection des patients et des moyens propres à la technique utilisée, ou une action pharmacologique sont des voies possibles de prévention de la PA post-CPRE. De nombreuses familles de molécules ont été testées, visant à réduire le spasme sphinctérien, l'infection ou l'ischémie pancréatique, la toxicité des produits de contraste, la cascade inflammatoire, ou encore la sécrétion pancréatique. La plupart des essais se sont avérés négatifs, comme le montrent de nombreuses méta-analyses récentes. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens semblent conserver un potentiel préventif intéressant, qui reste à confirmer dans de larges essais multicentriques. Du point de vue de la technique endoscopique, seule la mise en place prophylactique de prothèses fines dans le canal de Wirsung présente un niveau de preuve suffisant pour être recommandée, mais uniquement au cours des gestes à haut risque de PA, comme l'ampullectomie endoscopique.