John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Outils médico-économiques dans les MICI Volume 22, supplément 2, Octobre 2015

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteur
PSL, Université Paris-Dauphine,
LEDa-LEGOS,
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny,
75775 Paris cedex 16,
France
* Tirés à part

On peut réaliser principalement deux types d’études pour éclairer les aspects économiques des MICI. Les études du « coût de la maladie » nous renseignent sur le poids économique d’une maladie sur le système de soins et les patients. On en trouve d’assez nombreuses dans le cas des MICI mais aucune sur la France. La transférabilité des études publiées est limitée car certaines sont obsolètes compte tenu de l’arrivée des anti-TNF et d’autres concernent des pays (les USA) peu comparables au notre. En Europe, le coût annuel par patient pour le système de santé de la maladie de Crohn serait de 3 500 € à 6 500 € et celui de la RCH autour de 2 400 € (dont 70 % à 80 % pour les médicaments dans les deux cas), plutôt en diminution par rapport aux décennies précédentes grâce à une réduction des hospitalisations.

Les études « coût-efficacité » évaluent l’efficience de traitements alternatifs en comparant leurs coûts et leurs bénéfices thérapeutiques respectifs pour privilégier les plus efficaces au moindre coût. L’efficacité est préférentiellement mesurée en termes d’années de vie en bonne santé (QALYs), et l’on juge en général acceptable de prendre en charge les traitements qui ont un coût par QALY inférieur à 30 000 €. Dans la maladie de Crohn, les anti-TNF n’apparaissent pas efficients en traitement d’entretien. Ils le sont en revanche en traitement d’induction, au moins pour les patients sévères (CDAI > 300). De nombreuses incertitudes demeurent qui ne pourront être levées que par des données additionnelles d’études de long terme en vie réelle ou de bases de données de remboursement.