John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Neurotoxicité induite par l’oxaliplatine Volume 24, numéro 9, Novembre 2017

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 CHRU de Tours, Hôpital Trousseau, Service d’Hépato-gastroentérologie et de cancérologie digestive, 37044 Tours, France
2 UMR CNRS 7292 (GICC), Université François Rabelais, 37032 Tours, France
* Tirés à part

L’oxaliplatine est un sel de platine de 3e génération très fréquemment utilisé en cancérologie digestive, notamment dans le traitement du cancer colorectal. La principale toxicité de l’oxaliplatine est la neurotoxicité. Elle est limitante et impacte la qualité de vie des patients. Elle s’exprime sous une forme aiguë, spécifique, et sous une forme chronique. La forme aiguë, transitoire, est responsable d’une hyperexcitabilité neuronale et survient chez environ 80 % des patients. La forme chronique invalidante, cumulative et limitante survient chez 25 % des patients et peut persister au-delà de 2 ans après l’arrêt du traitement. La physiopathologie de la neurotoxicité induite par l’oxaliplatine n’est pas complètement connue. La prise en charge de cet effet secondaire repose essentiellement sur des mesures préventives. La pharmacogénétique apparaît être une piste prometteuse pour optimiser la prescription de ce médicament dans le but d’améliorer sa tolérance. L’objectif de cette mise au point est de présenter la clinique, la physiopathologie, la pharmacogénétique, les traitements préventifs et la prise en charge de la neurotoxicité induite par l’oxaliplatine.