John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Nasogastroscopie : l’âge de raison ? Volume 16, numéro 1, Janvier-Février 2009

Auteurs
Fédération des spécialités digestives, pavillon Hbis, hôpital Edouard-Herriot, 5, place d’Arsonval, 69437 Lyon cedex 03, France

La gastroscopie par voie nasale ou « nasogastroscopie » est une alternative pour améliorer la tolérance, qui a été rendue possible par la miniaturisation du matériel d’endoscopie ; le diamètre de l’endoscope conditionne directement la fréquence de réussite de l’examen. Il existe actuellement des endoscopes pédiatriques de 4,9 mm de diamètre, ne comportant qu’un seul béquillage. La nasogastroscopie est possible dans plus de 90 % des cas. Les causes d’échec de la nasogastroscopie sont le refus, la douleur nasale et l’échec d’introduction nasale. Le sexe féminin, un âge inférieur à 35 ans et le diamètre plus grand de l’endoscope (5,9 mm) sont des facteurs prédictifs d’échec de la nasogastroscopie. Par rapport aux gastroscopes « standard », les nasogastroscopes ont une moindre résolution et une moindre luminosité, ainsi qu’un système de lavage-aspiration moins efficace. L’efficacité diagnostique de la nasogastroscopie ou de la gastroscopie avec endoscope de petit diamètre n’a pas été étudiée dans des études de méthodologie adaptée. Les biopsies obtenues avec des pinces à biopsies pour endoscope de petit calibre sont plus petites mais aussi informatives que celles obtenues avec les pinces conventionnelles. La nasogastroscopie devrait permettre, par l’amélioration de la tolérance physique, de diminuer le recours à l’anesthésie générale ou à la sédation. Cela devrait permettre, à la fois, de réduire la fréquence des complications et de supprimer le surcoût imputable à la sédation et à l’anesthésie générale.