John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Mortalité chez les patients atteints d‘un endobrachyœsophage Volume 11, numéro 1, Janvier-Février 2004

Auteur
  • Page(s) : 81
  • Année de parution : 2004

Auteur(s) : Thierry Piche

Anderson LA, Murray LJ, Murphy SJ, Fitzpatrick DA, Johnston BT, Watson RGP, et al. Mortality in Barrett’s oesophagus: results from a population based study. Gut 2003 ; 52 : 1081-4.

Plusieurs études ont bien montré que le risque de développer un adénocarcinome de l’œsophage était plus élevé chez les malades porteurs d’un endobrachyœsophage (EBO) que dans la population générale [1, 2]. Pourtant, beaucoup de malades avec EBO ne développent pas de cancer de l’œsophage et les taux de mortalité par cancer de l’œsophage sur EBO ne dépassent pas 10 %. Certains auteurs ont observé une augmentation de la mortalité chez les malades avec EBO [3], alors que d’autres ont montré que la survie à 10 ans des malades porteurs de longs segments d’EBO était identique à celle de la population générale [4].
Le but de cette étude était d’évaluer la mortalité et les causes de décès dans une cohorte de malades porteurs d’un EBO. Un registre des malades avec EBO a permis de suivre 2373 malades entre 1993 et 1999. Dans cette cohorte, les causes de décès étaient identifiées et la mortalité était comparée à celle de la population générale. L’analyse des données révèle que la mortalité globale n’était pas plus élevée dans la cohorte des malades avec EBO que dans la population générale. La mortalité par cancer de l’œsophage était significativement plus élevée chez les malades ayant de la métaplasie intestinale, mais seulement 4,7 % d’entre eux mourraient de ce cancer. De façon surprenante la mortalité par accident vasculaire cérébral était plus basse que dans la population générale alors que celle associée à des pathologies digestives non cancéreuses était plus élevée. Cela pourrait s’expliquer par un recours aux soins plus fréquent et une meilleure prise en charge globale de ces malades par rapport à la population générale.
À ce jour, il s’agit de la plus grande étude de cohorte menée chez des malades avec EBO. Elle montre que l’EBO n’augmente pas la mortalité globale et que la mortalité par cancer de l’œsophage augmente seulement chez les malades qui présentent de la métaplasie intestinale. Cette augmentation de la mortalité attribuée au cancer de l’œsophage reste faible et suggère que la surveillance endoscopique des malades avec EBO pourrait se limiter aux malades ayant de la métaplasie intestinale.

Références

1. Hameeteman W, Tytgat GNJ, Houthaff HJ, van den Tweel JG. Barrett’s esophagus: development of dysplasia and adenocarcinoma. Gastroenterology 1989 ; 96 : 1249-56.

2. Spechler SJ, Robbins AH, Rubins HB, Vincent ME, Heeren T, Doos WG, et al. Adenocarcinoma and Barrett’s esophagus: an overrated risk? Gastroenterology 1984 ; 1984 : 927-33.

3. van der Burgh A, Dees J, Hop WCJ, van Blankenstein M. Oesophageal cancer is an uncommon cause of death in patients with Barrett’s oesophagus. Gut 1996 ; 39 : 14-8.

4. Eckardt VF, Kanzler G, Bernhard G. Life expectancy and cancer risk in patients with Barrett’s esophagus: a prospective controlled investigation. Am J Med 2001 ; 111 : 33-7.