John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Mode d’emploi de la dyschésie : de l’interrogatoire au traitement Volume 24, numéro 9, Novembre 2017

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
  • Figure 8
  • Figure 9
  • Figure 10
  • Figure 11

Tableaux

Auteurs
1 Groupe hospitalier Diaconesses La Croix Saint Simon, service de proctologie, 125 rue d’Avron, 75020 Paris, France
2 Groupe hospistalier Paris Saint-Joseph, service de chirurgie digestive, 185 rue Raymond Losserand, 75014 Paris, France
3 Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph, Institut Léopold Bellan, service de proctologie, 185, rue Raymond Losserand, 75014 Paris, France
4 Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph, service de radiologie, 185 rue Raymond Losserand, 75014 Paris, France
* Tirés à part

La dyschésie est un symptôme fréquent dans la population générale et a un retentissement important sur la qualité de vie. Un interrogatoire précis et un examen clinique consciencieux doivent être réalisés afin d’évaluer le plus correctement possible le périnée du patient. La dyschésie peut être secondaire à une cause organique, à un trouble de la statique pelvienne, fonctionnelle (périnée normal) ou, le plus souvent multifactorielle. Le traitement de première intention est médical (hygiène défécatoire, régularisation du transit et vidange rectale complète). En cas d’échec, des examens complémentaires pourront être réalisés : manométrie ano-rectale, temps de transit colique, colpo-cysto-défécographie ou IRM pelvienne dynamique. La rééducation par biofeedback est utile en cas de dyschésie fonctionnelle. S’il existe des troubles de la statique pelvienne, un traitement chirurgical peut être proposé après discussion en réunion de concertation pluridisciplinaire de périnéologie. La rectopexie cœlioscopique est l’intervention recommandée en première intention.