John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

MICI et grossesse : conduite à tenir et dernières recommandations Volume 23, numéro 2, Février 2016

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 Centre hospitalier Lyon-Sud,
service d’hépato-gastroentérologie,
Bât 3A, 165 Chemin du Grand Revoyet,
69495 Pierre-Bénite,
France
2 Inserm U1111,
Centre international de recherche en infectiologie,
21, avenue Tony-Garnier,
69365 Lyon cedex 07,
France
* Tirés à part

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) affectent souvent des patientes jeunes en âge de procréer. Malgré de nombreuses études, l’information des patientes et de leur médecin sur les risques réels d’une grossesse dans ce contexte reste insuffisante, à l’origine d’une mauvaise observance ou d’une infertilité volontaire. Pourtant, en cas de maladie contrôlée, le sur-risque de complication materno-fœtale est faible. Un projet de grossesse chez des patientes en rémission doit être encouragé et encadré. La poursuite des traitements de fond nécessaires est un enjeu majeur pour le bon déroulement de la grossesse. Excepté le méthotrexate, la plupart des médicaments spécifiques ne présentent pas de sur-risque particulier pour l’enfant à naître. Une poussée de la maladie doit être traitée de manière adaptée et sans délai, y compris en cas d’indication chirurgicale. Les corticoïdes restent le traitement médical de première intention. L’éducation de la patiente sur la nécessité d’une bonne observance est primordiale. Nous proposons ici une revue de la littérature réalisée à la lumière des dernières recommandations européennes parues en 2015.