John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Maladies auto-immunes du foie et grossesse Volume 27, numéro 5, Mai 2020

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
CHU de Nantes, Hôtel Dieu, Institut des Maladies de l’Appareil Digestif (IMAD), Service d’hépato-gastroentérologie et oncologie médicale, 1 place Alexis Ricordeau, 44093 Nantes cedex 01
* Correspondance

Les modifications physiologiques de l’immunité au cours de la grossesse peuvent changer l’évolution des maladies auto-immunes du foie. La présence d’une maladie chronique évolutive du foie peut avoir un impact sur le déroulement de la grossesse et donc sur le développement et la croissance du fœtus. Au cours de l’hépatite auto-immune, le principal risque est la survenue d’une poussée pendant la grossesse et surtout dans les mois qui suivent l’accouchement. Le risque est plus élevé si le traitement immunosuppresseur a été diminué ou suspendu pendant la grossesse : celui-ci doit donc être maintenue. Le risque de prématurité est plus élevé. Au cours d’une grossesse chez une femme atteinte de cholangite biliaire primitive, on observe le plus souvent une stabilisation ou une amélioration des tests hépatiques. Après l’accouchement, une détérioration des tests hépatiques est observée dans 70 % des cas. Le plus souvent, il n’y a pas de progression du stade de la maladie du foie. Le traitement par acide ursodésoxycholique (AUDC) doit être maintenu pendant toute la durée de la grossesse et l’allaitement. Les données publiées chez les femmes enceintes exposées à l’AUDC sont très peu nombreuses mais aucun élément inquiétant n’a été signalé. Un prurit de novo ou une accentuation d’un prurit préexistant peut survenir environ une fois sur deux. Il y a une augmentation du risque de survenue d’interruption spontanée de la grossesse. Au cours de la grossesse chez les femmes atteintes de cholangite sclérosante primitive, les tests hépatiques restent stables dans la plupart des cas. Il y a une augmentation du risque de prématurité et de naissance par césarienne. La grossesse chez les patientes atteintes de maladie auto-immune du foie peut donc entraîner des problèmes maternels et fœtaux.