John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

L’ischémie mésentérique aiguë en 2013 : une approche multimodale et multidisciplinaire coordonnée par le gastroentérologue Volume 20, numéro 6, Juin 2013

Auteurs
Hôpital Beaujon, pôle des maladies de l’appareil digestif, service de gastroentérologie, MICI, assistance nutritive, 100 Boulevard du Général Leclerc, 92110 Clichy, France

L’ischémie mésentérique aiguë est probablement la plus méconnue des urgences abdominales. Elle peut survenir avec ou sans occlusion vasculaire, laquelle peut être artérielle ou veineuse. Son incidence est croissante et l’amélioration du pronostic vital et fonctionnel nécessite une prise en charge multidisciplinaire la plus précoce possible. La suspicion diagnostique concerne toute douleur abdominale brutale, continue et inhabituelle contrastant avec un examen physique normal à la phase initiale. Le terrain à risque est souvent méconnu et aucun signe biologique n’est spécifique. L’absence de facteurs de risque connus ou une biologie initialement normale n’excluent pas le diagnostic qui doit être confirmé en urgence par un angioscanner abdominal objectivant des signes de souffrance intestinale associés ou non à une occlusion vasculaire. L’hépato-gastroentérologue occupe une place centrale dans la stratégie thérapeutique dont l’objectif est de sauver le patient et d’éviter une résection intestinale étendue : il doit initier et coordonner sans délai une prise en charge multidisciplinaire qui repose sur un traitement médical, sur une revascularisation et sur la résection de l’intestin non viable. La stratégie thérapeutique est guidée par l’apparition d’au moins un des trois critères de gravité (signes de nécrose intestinale, défaillance d’organe, élévation des lactates) qui doit conduire à un traitement chirurgical (revascularisation/résection). Les formes précoces (pas de nécrose, pas de défaillance d’organe et lactates normaux) nécessitent une revascularisation de préférence radiologique. Tout facteur ayant pu contribuer à cet accident vasculaire intestinal, tel que l’athérosclérose, une cardiopathie emboligène ou une thrombophilie, doit être activement cherché et traité. Une dénutrition préexistante, un syndrome grêle court ou la persistance d’une intolérance orale nécessite une nutrition parentérale, menée au mieux dans un centre de référence. La création de Structures d’URgences Vasculaires Intestinales (SURVI) a vocation à transformer le pronostic de l’ischémie mésentérique aiguë.