John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Lien entre dysplasie anale et cancer du canal anal en quatre questions Volume 23, numéro 9, Novembre 2016

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
Auteurs
1 CHU Pontchaillou, service des maladies de l’appareil digestif, 35033 Rennes Cedex, France
2 Université Rennes 1, Rennes, France
* Tirés à part

La dysplasie anale de haut grade ou HSIL (high grade squamous intra-epithelial lesion) se définit par la présence d’atypies cellulaires de la muqueuse accompagnées d’un pléomorphisme cellulaire, ainsi que d’une désorganisation architecturale importante. Ces lésions d’HSIL sont considérées comme viro-induites car les stigmates d’infection virale par le papillomavirus (HPV) sont quasi constants sur les biopsies. Comme dans bien d’autres tumeurs, la filiation dysplasie-cancer est prouvée, justifiant, selon les recommandations actuelles, l’association d’une anuscopie haute résolution et d’un traitement des HSIL (excision chirurgicale, électrodestruction, photothérapie dynamique ou agents immunomodulateurs). Cependant, l’évolution naturelle de ces lésions d’HSIL reste encore mal connue et des données récentes de la littérature laissent penser qu’il existe une très faible proportion d’entre elles qui évolueront vers un cancer. De futures études prospectives et le développement d’outils de biologie moléculaire devraient aider à mieux comprendre l’histoire naturelle de ces lésions et à caractériser les patients à risque d’évolution vers le cancer invasif.