John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Les petites protéines G de la famille Rho Volume 9, numéro 3, Mai - Juin 2002

Auteurs
Innovation thérapeutique et oncologie moléculaire, centre de physiopathologie Toulouse-Purpan, Inserm U. 563, institut Claudius-Regaud, 20-24, rue du Pont-Saint-Pierre, 31052 Toulouse Cedex.

Les protéines Rho appartiennent à la superfamille Ras des protéines G de faible masse moléculaire. Elles jouent le rôle de commutateurs moléculaires dans la transmission des signaux intracellulaires, contrôlant ainsi de nombreux processus biologiques. Elles alternent entre une forme inactive liée au GDP et une forme active liée au GTP. Ce cycle est régulé par différentes classe de protéines, les GEFS, facteurs d'échanges des nucléotides, les GAP, activateurs de l'activité GTPasique intrinsèque et les GDI, inhibiteurs de la dissociation du GDP. Les protéines Rho sont non seulement régulées au niveau de l'échange GDP/GTP, mais subissent également une étape de prénylation (farnésylation ou géranylgéranylation) maturation post-traductionnelle nécessaire à leur localisation subcellulaire et à leur activité biologique. Les protéines Rho activent un certain nombre d'effecteurs et des voies de signalisation cellulaire qui interviennent plus ou moins spécifiquement dans chacun de leur rôle biologique. Elles jouent un rôle essentiel dans l'organisation du cytosquelette d'actine, assurant ainsi la motilité, l'adhésion au substratum et intercellulaire, la contraction et la cytodiérèse. Plus récemment leur rôle essentiel dans le contrôle de la prolifération et la différenciation cellulaires, mais aussi la transformation ainsi que l'invasion a été mis en évidence. La revue se focalise essentiellement sur les protéines RhoA, Rac1 et Cdc42 qui ont été jusqu'à présent les plus étudiées.