John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Les microparticules : de nouveaux vecteurs d’information intercellulaire et des biomarqueurs potentiels dans les maladies du foie Volume 20, numéro 10, Décembre 2013

Auteurs
INSERM et Université Pierre et Marie Curie – Université Paris 06, UMR_S 938, centre de recherche Saint-Antoine & Institute of cardiometabolism and Nutrition (ICAN), 27 rue Chaligny, 75571 Paris Cedex 12, France, Hôpital Pitié-Saplétrière, service d’hépato-gastroentérologie, 47-83 boulevard de l’Hôpital, 75013 Paris, France, Hôpital Saint-Antoine, centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires (CMR MIVB) et service d’hépatologie, 184 rue du Faubourg Saint-Antoine, 75012 Paris, France, INSERM et Université Paris-Diderot-Paris 7, U773, centre de recherche biomédicale Bichat-Beaujon CRB3, Hôpital Bichat, 46 rue Henri Huchard, 75018 Paris, France, Hôpital Beaujon, service d’hépatologie, 100 boulevard du général Leclerc, 92100 Clichy, France, INSERM, U970, Paris Cardiovascular Research Center – PARCC, Paris, Sorbonne Paris Cité, 56, rue Leblanc, 75015 Paris, France

Les microparticules (MP) sont des vésicules extracellulaires mesurant de 0,1 à 1 μm de diamètre pouvant être libérées par toute cellule en situation physiologique ou pathologique. Les MP agissent comme des vecteurs d’information en transmettant les lipides, protéines ou ARN qu’elles contiennent à des cellules cibles dont elles modulent ainsi la fonction. Le rôle des MP a été bien étudié dans les maladies cardiovasculaires et le cancer. Des données récentes montrent que les MP sont également impliquées dans les maladies du foie. Chez les malades atteints d’hépatopathies aiguës ou chroniques, la concentration de plusieurs sous-populations de MP est augmentée, probablement du fait de leur production accrue et de leur clairance altérée. Les MP jouent un rôle dans les étapes clés du développement et des complications des maladies du foie. Elles interviennent dans la fibrose hépatique de façon complexe, puisque certaines diminuent la fibrose en augmentant la production de métallo-protéases, alors que d’autres favorisent probablement la fibrose en stimulant l’angiogenèse et la coagulation. Les MP pourraient intervenir dans l’état d’hypercoagulabilité associé à certaines hépatopathies. Elles contribuent aussi à l’hypertension portale en favorisant le remodelage sinusoïdal et la vasodilatation splanchnique. Les cellules du carcinome hépatocellulaire libèrent des MP qui pourraient favoriser le développement tumoral. D’autre part, les MP sont de potentiels biomarqueurs diagnostiques et pronostiques dans les différentes maladies du foie. Ces multiples propriétés pourraient être mises à profit pour dessiner de futurs outils thérapeutiques.