John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Les métastases ovariennes des cancers colorectaux Volume 2, numéro 1, Janvier - Février 1995

Auteurs
service de chirurgie générale et digestive, hôpital Sainte-Marguerite, 270, boulevard de Sainte-Marguerite, BP 29, 13274 Marseille Cedex 9, France.

Les métastases ovariennes des cancers digestifs ont été décrites pour la première fois à la fin du xixe siècle par Krükenberg. Elles compliquent fréquemment l'évolution des cancers colorectaux, et le pronostic de ces tumeurs est alors considérablement grevé. Leur présence témoigne bien souvent d'une maladie néoplasique évoluée, et il n'est pas rare de découvrir d'autres localisations métastatiques synchrones. Le diagnostic macroscopique est impossible dans les nombreux cas de micrométastases occultes. Elles sont volontiers bilatérales et surviennent plutôt en période d'activité génitale. Si les données anatomopathologiques sont bien connues, il n'en est pas de même des mécanismes physiopathologiques de la dissémination. A ce jour, aucun travail n'apporte de réponse claire quant à l'opportunité d'une éventuelle annexectomie bilatérale prophylactique, et la question fondamentale reste posée : faut-il castrer les femmes ayant un cancer colique ou rectal résecable ? Chez la femme ménopausée, le préjudice d'un tel geste est faible ; encore faudrait-il être certain d'un quelconque bénéfice. Le problème est bien évidemment délicat pour les femmes non ménopausées, l'indication ne pouvant être justifiée que par un gain de survie indéniable.