John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Les maladies non tumorales du péritoine Volume 21, numéro 8, Octobre 2014

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
Auteurs
1 Hôpital Beaujon,
pôle des maladies de l’appareil digestif,
service de gastroentérologie,
MICI, assistance nutritive,
100 Boulevard du Général Leclerc,
92110 Clichy, France
2 Hôpital Beaujon,
service de radiologie,
100 Boulevard du Général Leclerc,
92110 Clichy, France
* Tirés à part

Le péritoine est un tissu de soutien adipeux ayant des rapports étroits avec les viscères abdominaux dont il assure la vascularisation et la motilité, certaines fonctions hormonales et immunitaires. Les maladies du péritoine sont peu connues et les signes révélateurs peu spécifiques. Les maladies du péritoine sont rares lorsqu’on exclut les causes tumorales et l’infection du liquide d’ascite du cirrhotique. À côté des causes traumatiques ou mécaniques (volvulus), on distingue les péritonites spontanées infectieuses, largement orientées par le contexte clinique, et les péritonites amicrobiennes pouvant révéler une maladie systémique. La fièvre méditerranéenne familiale, péritonite amicrobienne d’origine héréditaire, est suspectée devant des crises abdominales et fébriles stéréotypées et récurrentes, le plus souvent confirmées par l’analyse du gène MEFV.

Les progrès de l’imagerie abdominale ont amené à la mise en évidence fréquente d’hyperdensités péritonéales dont la significativité clinique nécessite d’être connue et précisée. En cas d’association à des adénopathies > 10 mm, cet aspect peut être le signe révélateur d’une tuberculose abdominale, d’un lymphome ou d’un liposarcome abdominal. À l’inverse et en l’absence d’une cause inflammatoire systémique ou locorégionale connue, il révèle une affection bénigne et rarement symptomatique : la panniculite mésentérique.