John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Les kystes biliaires simples Volume 2, numéro 2, Mars - Avril 1995

Auteurs
clinique chirurgicale II.

Les kystes biliaires sont définis sur le plan anatomopathologique par leur caractère non communiquant et la présence d'un épithélium actif de type biliaire. Leur histoire naturelle reste en grande partie méconnue. Leur prévalence atteint 3Ê% des sujets adultes soumis à une exploration échographique avec une nette prédominance féminine et une fréquence croissante avec l'âge. La très grande majorité des kystes simples est asymptomatique et ne nécessite aucun suivi particulier. Les seuls kystes symptomatiques sont ceux dont la taille dépasse 8 cm. Les complications les moins rares sont les douleurs, les compressions biliaires, les hémorragies intrakystiques et les surinfections. L'imagerie particulière de ces kystes compliqués soulève des problèmes diagnostiques avec les kystes parasitaires, les kystes néoplasiques, notamment les cystadénomes, et les collections intrahépatiques d'origine pancréatique ou post-traumatique. La découverte d'une tumeur maligne primitive intrakystique est un fait bien documenté, mais son caractère exceptionnel exclut toute incidence pratique en dehors de l'examen anatomopathologique des kystes réséqués. Les indications thérapeutiques se limitent aux seuls kystes symptomatiques, compliqués ou posant un problème diagnostique. L'alcoolisation percutanée représente une alternative en dehors des kystes hémorragiques ou infectés. La résection chirurgicale du dôme saillant est un geste simple et efficace avec une modalité récente, sous contrôle vidéolaparoscopique, dont les résultats doivent être évalués. L'opportunité d'une résection préventive per-coelioscopique des kystes de plus de 8 cm, seuls susceptibles de se compliquer, mérite d'être envisagée.