John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Les bons réflexes en proctologie : savoir écouter et regarder pour bien traiter Volume 28, numéro 8, Octobre 2021

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7
Auteur
Clinique Saint-Antoine, Groupe Kantys, 7 avenue Durante, 06000 Nice
* Correspondance

La proctologie est un motif de consultation fréquent en gastro-entérologie rapporté jusque dans 20 % des cas. Il l’est également en médecine générale avec un diagnostic parfois erroné par défaut d’examen clinique ou de connaissance. Les principales affections sont la maladie hémorroïdaire, la fissure anale, les suppurations et les infections sexuellement transmissibles. Les plaintes se résument à une douleur, une tuméfaction, un prurit, un saignement. À partir de ces éléments qu’il va falloir préciser lors de l’interrogatoire, un diagnostic sera évoqué et le plus souvent confirmé par l’examen physique. Plus rarement, des examens complémentaires seront nécessaires.

Il faut prendre le temps d’écouter, de revenir sur des antécédents importants comme une chirurgie anale, un accouchement traumatique, une maladie inflammatoire chronique de l’intestin. Un trouble du transit, l’ancienneté des troubles, leur caractère récurrent, la rapidité d’apparition, les traitements tentés doivent être précisés.

Il faut savoir regarder dans de bonnes conditions, en genu pectoral ou décubitus latéral gauche, avec un éclairage de qualité suffisamment puissant, un lubrifiant à l’eau, un anesthésique de contact (type lidocaïne chlorhydrate gel à 2 % ou pramocaïne chlorhydrate, gel à 1 %) et des anuscopes de taille différente.

Ces cas cliniques sont là pour rappeler l’importance de la séméiologie dans la prise en charge des patients qui consultent en proctologie.