John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Le traitement adjuvant du cancer de l’estomac Volume 12, numéro 2, Mars-Avril 2005

Auteurs
Pierre Michel, Unité d’Oncologie digestive, service d’Hépato-Gastroentérologie, hôpital Charles Nicolle, CHU de Rouen, 1 rue de Germont, 76031 Rouen cedex

En France, le cancer de l’estomac est diagnostiqué le plus souvent à un stade avancé (stade II ou III de l’UICC). L’exérèse chirurgicale réalisée dans la majorité des cas (curage D0) donne un taux de survie à 5 ans de 30 %, la chirurgie optimale permettant l’analyse de plus de 15 ganglions (D1) donne un taux de survie à 5 ans de 50 %. La radiochimiothérapie postopératoire associant 5fluorouracile, acide folinique et une radiothérapie de 45 Gy augmente significativement la durée de vie sans récidive et la durée de vie globale dans une étude randomisée contre la chirurgie seule. Le débat porte sur l’indication de la radiochimiothérapie postopératoire qui est consensuelle en cas de curage ganglionnaire insuffisant (D0) et discutée en cas de curage D1. Par ailleurs, il est important de sélectionner les malades sur leur état nutritionnel et en particulier leur apport calorique (>1 500 Kcal/j). La chimiothérapie périopératoire permet de diminuer le risque de récidive dans une population de mauvais pronostic mais n’a pas montré de bénéfice sur la survie globale. Aucun autre traitement n’a montré de bénéfice dans le traitement adjuvant à la chirurgie du cancer de l’estomac. En particulier, la chimiothérapie postopératoire n’a pas montré d’efficacité malgré de nombreuses publications.