John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Le réservoir colique après exérèse rectale pour cancer : justifications et données récentes Volume 6, numéro 5, Septembre - Octobre 1999

Auteurs

L’exérèse du rectum est responsable de troubles fonctionnels qui associent, à des degrés divers, une augmentation de la fréquence des selles, une fragmentation des selles, une impériosité et une incontinence. Cet ensemble qui constitue le « syndrome de résection rectale » est dû à la perte du réservoir rectal et, à un moindre degré, à un éventuel traumatisme du sphincter anal interne. Le réservoir colique en J a été proposé pour pallier la disparition du rectum et améliorer les résultats fonctionnels des anastomoses colo-anales. Sa réalisation est aisée et permet en outre de diminuer de façon significative le risque de fistule anastomotique. L’association d’un réservoir colique à une anastomose colo-anale diminue de moitié le nombre de selles et est susceptible d’améliorer la continence et l’impériosité. Par ailleurs, ce gain par rapport aux anastomoses colo-anales directes est obtenu précocement et persiste à long terme. Le réservoir colique doit être de petite taille (5 à 7 cm) afin d’éviter les difficultés d’évacuation. L’intérêt d’un réservoir en cas de moignon rectal résiduel de petite taille reste à évaluer.