John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Le procédé plicator TM dans le traitement du RGO : résultats d’une étude multicentrique de douze mois Volume 12, numéro 6, Novembre-Décembre 2005

Auteurs
  • Page(s) : 436
  • Année de parution : 2005

Auteur(s) : Haber G, Sakai P, Moura E, Maluf-Fiho F, Enns R, Pleskow D, et al.

Faits marquants de la motricité digestive au congrès de l’AGA 2005 à Chicago

Le plicatorTM est un autre traitement endoscopique du RGO. Cette technique est basée sur la réalisation d’une suture transmurale (plicature agrafage) de la jonction œsogastrique. Elle nécessite un endoscope qui dispose de deux bras, l’un d’entre eux étant réservé à l’observation endoscopique de la procédure, l’autre possédant le système d’agrafage. L’aspect transmural de la suture laisse envisager la possibilité de recréer un environnement diaphragmatique satisfaisant comme avec la chirurgie laparoscopique du RGO. La faisabilité de cette thérapie, a fait l’objet de quelques travaux chez le porc. Le but de cette étude était d’évaluer l’efficacité et la tolérance de cette technique 12 mois après sa réalisation. Trente-six malades atteints de RGO dépendant des antisécrétoires ont bénéficié de cette plicature transmurale au niveau du cardia, 1 cm au-dessous de la jonction œsogastrique. Les malades porteurs d’une hernie hiatale de plus de 2 cm, d’une œsophagite sévère ou d’un endobrachyœsophage étaient exclus. Les symptômes de reflux et la consommation d’antisécrétoires étaient évalués avant et 12 mois après la procédure alors qu’une pH-métrie était pratiquée avant et 6 et 12 mois après le geste endoscopique. Trente-six patients ont bénéficié d’une plicature endoscopique sans effet secondaire majeur et deux malades ont été perdus de vue. Les événements indésirables les plus fréquents étaient des douleurs thoraciques ou épigastriques (environ 23 %) qui s’arrêtaient spontanément. Deux malades étaient restés hospitalisés une nuit pour surveillance. Un an après la plicature, 68 % des malades ne prenaient plus d’antisécrétoires et 12 % avaient réduit de plus de la moitié leur consommation. Les scores de symptômes de RGO et de qualité de vie étaient significativement réduits par rapport à l’évaluation initiale sans traitement médical et étaient identiques à ceux évalués avant la procédure sous traitement médical. Vingt-six sujets avaient bénéficié d’une pH-métrie à distance de l’endoscopie thérapeutique et 73 % d’entre eux avaient une amélioration significative de l’exposition acide de l’œsophage distal. Le pourcentage médian d’exposition acide de l’œsophage était réduit de 29 % avec une normalisation chez 23 % des malades. En conclusion, le traitement endoscopique du RGO par plicature TM est une procédure bien tolérée qui contrôle les symptômes de RGO, limite la prise d’antisécrétoires et réduit l’exposition acide de l’œsophage.