John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Le foie des personnes vivant avec le VIH Volume 17, numéro 5, septembre-octobre 2010

Auteurs
Université Paris-Descartes, Hôpital Cochin Saint-Vincent-de-Paul, Unité d'hépatologie, Inserm U.1016, 27, rue du Faubourg Saint-Jacques, 75014 Paris, France

La connaissance de l'histoire nous permet de mieux appréhender l'avenir. Ces deux dernières décennies d'implication de l'hépatologie dans le champ du VIH nous ont permis de revisiter nos connaissances sur les hépatopathies, de l'hépatocyte (coïnfection, stéatoses mixtes, syndrome métabolique, hépatites médicamenteuses…) au cholangiocyte (cholangiopathies opportunistes, hépatites médicamenteuses…) en passant par les atteintes vasculaires. Les multithérapies antirétrovirales, à partir de la fin des années 1990, et l'immunorestauration ont transformé l'histoire naturelle de l'infection par le VIH. Malgré cette révolution thérapeutique, la collaboration entre hépatologues et infectiologues, commencée dans les « années sida », s'est pérennisée, puisque la réduction de la mortalité liée au VIH a démasqué les complications à moyen ou à long terme des maladies hépatiques associées. L'épidémiologie des infections virales hépatotropes justifie le dépistage systématique des hépatites virales chez toute personne infectée par le VIH, la prévention vaccinale systématique et l'évaluation de la fibrose hépatique de tout patient ayant une hépatite chronique. La compréhension des mécanismes de toxicité hépatique des antirétroviraux et le large éventail de molécules disponibles rendent aujourd'hui plus simple la gestion des hépatites médicamenteuses. Des inconnues demeurent et on voit apparaître aujourd'hui de nouvelles pathologies hépatiques dont l'histoire naturelle n'est pour l'instant pas décrite. La collaboration entre infectiologues et hépatologues a encore de beaux jours devant elle.