John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Laxatifs irritants ? Jamais... sauf ! Volume 4, numéro 5, Septembre - Octobre 1997

Auteur

La constipation est un symptôme particulièrement fréquent, traité par automédication dans un pourcentage élevé de cas, et il est évident que les laxatifs irritants en vente libre restent au hit-parade des ventes de cette classe de médicaments. On peut donc remarquer d'emblée que la question posée aux médecins de l'utilisation ou non des laxatifs stimulants est cantonnée aux patients consultant pour leur trouble du transit. Depuis vingt ans, l'apprentissage médical invite à proscrire formellement l'usage de laxatifs irritants, et même à expliquer aux patients que leur usage inconsidéré est responsable de leurs difficultés de transit. Un éditorial provocant paru dans Gut en 1996 [1] s'étonnait de ce « lobby » anti-laxatif sous prétexte qu'en dépit de l'utilisation considérable de laxatifs irritants en automédication, l'auteur ne voyait jamais de complications ! Je voudrais ici suggérer : 1) qu'il est raisonnable de déconseiller leur utilisation, 2) qu'il n'est pas démontré que leur utilisation chronique est responsable d'une constipation, 3) qu'ils conservent des indications sur prescription médicale.