John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

La pH-métrie sans fil : principes techniques et apports Volume 19, numéro 1, Janvier 2012

Auteurs
CHU de Nantes, Institut des maladies de l’appareil digestif, CIC-Inserm, Nantes F-44093 France, Université de Nantes, Nantes F-44093 France, Hospices Civils de Lyon, Hôpital Edouard Herriot, physiologie digestive, Lyon, F-69437, France, Université Claude Bernard Lyon 1, Lyon, F-622 France, Polyclinique de Poitiers, 1 rue de la Providence, F-86035 Poitiers, France, CHU de Bordeaux, Hôpital Saint André, département d’hépato-gastroentérologie Bordeaux, F-33075 France, Université Victor Segalen Bordeaux 2, Bordeaux, F-33076, France

En pratique clinique, le recours à la pH-métrie œsophagienne est limité en raison de sa relative difficulté de réalisation. De plus, la présence d’une électrode dans le nasopharynx pendant 24 heures limite les activités des patients, et réduit sa valeur diagnostique. La pH-métrie sans fil, désormais possible grâce à la télémétrie, ne présente pas ces limites, et permet des enregistrements prolongés sur 48 h voire 96 h. La valeur diagnostique est ainsi augmentée, notamment par la survenue plus fréquente de symptômes au cours de l’enregistrement. La capsule ne doit pas être mise en place chez les malades ayant un risque hémorragique accru et/ou un pacemaker. Elle peut être placée lors de l’endoscopie réduisant ainsi le nombre de consultations. La fiabilité de la capsule a été établie et la position fixe de la capsule sur la paroi œsophagienne évite les passages intragastriques parfois observés avec les électrodes filaires conventionnelles. La tolérance est généralement bonne avec cependant parfois quelques douleurs thoraciques. En moyenne, les patients se considèrent moins gênés dans leurs activités quotidiennes avec la capsule pH-métrique que lors d’une pH-métrie conventionnelle. Enfin, la pH-métrie sans fil prolongée peut permettre, lors d’un même enregistrement, un temps diagnostique et un temps d’évaluation thérapeutique par l’administration d’un antisécrétoire à la moitié de l’enregistrement. La pH-métrie sans fil apparaît donc comme une alternative intéressante, en particulier chez les patients ayant des symptômes atypiques et intermittents.