John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

La mort des cellules hépatiques Volume 4, numéro 1, Janvier - Février 1997

Auteur
Laboratoire de biologie cellulaire, Unité INSERM U. 327, faculté de médecine Xavier-Bichat, université Paris-7 Denis-Diderot, Paris, France.

Comme dans le reste de l'organisme, les deux principales formes de la mort des cellules hépatiques sont la nécrose et l'apoptose. La nécrose est une mort accidentelle, toujours pathologique. Morphologiquement, elle se traduit par une perte de l'intégrité des organites intracellulaires et de la membrane plasmique et par une augmentation progressive du volume cellulaire aboutissant à l'éclatement de la cellule. La nécrose est provoquée par l'addition de plusieurs événements biochimiques, dont la perte de l'homéostasie calcique, la survenue d'un stress oxydatif et l'altération fonctionnelle des mitochondries. Les débris des cellules nécrotiques induisent une réaction inflammatoire. L'apoptose est un processus de mort cellulaire active et régulée. Elle joue un rôle physiologique important en concourant au maintien de l'homéostasie tissulaire. Comme la nécrose, elle peut être déclenchée par des phénomènes pathologiques. A la différence de la nécrose, l'apoptose entraîne une rétraction de la cellule et sa fragmentation progressive qui aboutit à la formation de corps apoptotiques, limités par une membrane intacte. Les corps apoptotiques sont éliminés par phagocytose, en l'absence de réaction inflammatoire. L'entrée dans le processus apoptotique est régulée par plusieurs familles de gènes, dont la famille bcl-2. Dans le foie, l'apoptose contribue à l'élimination physiologique des hépatocytes vieillis. Au cours des affections hépatobiliaires, elle est particulièrement fréquente, quelle que soit l'étiologie de la maladie. En cas d'agression sévère, elle s'associe à la nécrose. L'apoptose joue un rôle particulièrement important au cours des lésions cellulaires à médiation immunitaire, comme celles observées au cours des hépatites chroniques ou de la transplantation hépatique. La dissection des mécanismes cellulaires et biochimiques impliqués au cours des processus de mort cellulaire laisse entrevoir la possibilité de la mise au point de nouveaux protocoles de cytoprotection.