John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

La lithiase intra-hépatique Volume 7, numéro 3, Mai - Juin 2000

Auteur
  • Mots-clés : lithiase, foie.
  • Page(s) : 165-71
  • Année de parution : 2000

La lithiase intra-hépatique est définie par la présence de calculs en amont de la convergence des canaux hépatiques droit et gauche. Elle peut être primitive (les voies biliaires étant anatomiquement normales) ou secondaire à une maladie préexistante des voies biliaires. Elle est plus fréquente en Extrême-Orient (en particulier en Chine continentale et à Taiwan) que dans les pays occidentaux, pour des raisons mal connues. Elle se manifeste par des douleurs biliaires ou une angiocholite non expliquées par une lithiase vésiculaire ou de la voie biliaire principale. Le diagnostic se fait grâce à l’échographie et au scanner. La cholangio-IRM est en cours d’évaluation. Chez les malades chez qui un traitement chirurgical ou endoscopique est envisagé, une cholangiographie rétrograde ou transhépatique est nécessaire pour connaître la distribution des calculs dans les voies biliaires et déterminer s’il s’agit d’une lithiase diffuse ou localisée à un secteur hépatique. Les études récentes et l’observation de 26 patients à l’hôpital Beaujon suggèrent que, dans la grande majorité des cas, les calculs sont secondaires à une maladie ou à une anomalie préexistante des voies biliaires, principalement une dilatation localisée des voies biliaires intra-hépatiques (peut-être congénitale), une maladie de Caroli, une cholangite sclérosante primitive ou une anastomose bilio-digestive sténosée. Ces maladies provoquent une stase et une infection biliaires qui favorisent la déconjugaison bactérienne de la bilirubine, la formation de bilirubinate de calcium et sa précipitation sous forme de calculs pigmentaires bruns. Dans certains cas, plus rares, les calculs sont cholestéroliques et peuvent se former dans des voies biliaires anatomiquement normales. Le meilleur traitement des formes localisées est la résection chirurgicale du secteur hépatique atteint. Dans les formes diffuses, le traitement consiste à éliminer le plus grand nombre possible de calculs par des manœuvres endoscopiques ou radiologiques. Dans de rares cas, une transplantation hépatique peut être envisagée.