John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

La chirurgie de l’obésité en 2015 Volume 22, numéro 7, Septembre 2015

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4

Tableaux

Auteurs
1 Hôpital Huriez,
CHRU de Lille,
service de chirurgie générale et endocrinienne,
rue Michel Polonovski,
59037 Lille Cedex,
France
2 Faculté de Médecine,
Pôle recherche, U1190,
Recherche translationnelle sur le diabète,
1 place de Verdun,
59045 Lille,
France

L’obésité est un enjeu de santé publique majeur en France. Nous sommes tous quotidiennement confrontés à des patients souffrant d’obésité sévère (IMC > 35 kg/m2) et des comorbidités qui lui sont associées notamment le diabète et l’hépatopathie non-alcoolique. La prise en charge nutritionnelle exclusive des patients obèses, reposant sur la modification des habitudes alimentaires, la reprise de l’activité physique et le soutien tant psychologique que social, offre des résultats inconstants et décevants à long terme. La chirurgie de l’obésité est une alternative, invasive, souvent irréversible, mais qui autorise une perte de poids importante et durable au prix d’une mortalité et d’une morbidité non négligeable. En 2014, 47 000 actes de chirurgie bariatrique ont été réalisés en France. Trois interventions représentent la quasi-totalité de l’activité de chirurgie bariatrique : l’anneau gastrique (AG), la gastrectomie longitudinale (sleeve gastrectomy, SG) et le court-circuit gastrique (gastric bypass, GBP). L’objectif de cette mise au point est d’aborder pour le gastroentérologue les principales opérations pratiquées en France, leurs bénéfices et leurs risques à court et à long terme.