John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

La cardiomyopathie cirrhotique : de nouvelles approches diagnostiques Volume 28, numéro 5, Mai 2021

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
Auteurs
1 Montlégia, Service de cardiologie, Liège, Belgique
2 CHU de Caen, Service d’hépatologie, Caen
3 Hôpital Jean-Minjoz, Service d’hépatologie et de soins intensifs digestifs, 25000 Besançon
4 Hôpital Jean-Minjoz, Service de cardiologie, 25000 Besançon
5 Université de Liège, Belgique
* Correspondance

La cardiomyopathie cirrhotique (CMC) est une dysfonction cardiaque associant des anomalies structurelles, fonctionnelles (systolique et/ou diastolique) et électrophysiologiques chez des patients cirrhotiques n’ayant pas de maladie primitive cardiaque. Sa prévalence est élevée (environ 50 %) et elle se révèle le plus souvent lors d’un évènement stressant (infection, chirurgie). Sa physiopathologie est complexe, en lien étroit avec la sévérité de l’hypertension portale et l’inflammation systémique qui l’accompagne. Les patients ayant une CMC ont une augmentation du volume extracellulaire myocardique (en lien avec la fibrose), identifiable en IRM cardiaque. Les critères diagnostiques de la CMC ont été révisés en 2019, du fait de l’utilisation d’outils échographiques plus performants, et associent de nouveaux paramètres d’évaluation de la fonction diastolique revus en 2016. Il n’existe pas de traitement spécifique de la CMC mais la transplantation hépatique est considérée comme le plus efficace.