John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

L'intolérance au lactose Volume 8, numéro 3, Mai - Juin 2001

Auteur
Unité de gastroentérologie pédiatrique, Hôpital des Enfants, place Amélie-Raba-Léon, 33076 Bordeaux Cedex.

Le lactose est le principal glucide du lait et de ses dérivés. Pour être absorbé par la muqueuse intestinale, il doit être hydrolysé en glucose et galactose par la lactase, enzyme présente dans la bordure en brosse des entérocytes. En cas de déficit en lactase, le lactose entraîne une diarrhée par effet osmotique. Le lactose non absorbé est ensuite métabolisé par les bactéries coliques avec formation d'acides gras à chaîne courte, d'hydrogène et de dioxyde de carbone qui vont aggraver la diarrhée et provoquer les symptômes associés. Un déficit en lactase se rencontre dans diverses situations. Chez le nouveau-né, il peut être dû soit à l'immaturité digestive chez les enfants nés avant terme ou, exceptionnellement, à un déficit congénital en lactase. Chez le nourrisson, un déficit en lactase est souvent secondaire à une gastro-entérite sévère, à une entéropathie chronique telle qu'une intolérance aux protéines du lait de vache ou à une maladie cœliaque. Chez l'enfant après 3 à 5 ans et chez l'adulte, un déficit en lactase est présent chez 70 % de la population mondiale. Il entraîne, en cas de consommation de grande quantité de lactose, une malabsorption de celui-ci qui est mise en évidence par un test respiratoire à l'hydrogène. Cette hypolactasie, dite de type adulte, permet toutefois de consommer de petites quantités de laitages. Néanmoins, chez certains sujets, elle est responsable de douleurs abdominales accompagnées de diarrhée acide, de ballonnement abdominal, de flatulence. L'interprétation de ces symptômes et leur relation avec le lactose est parfois difficile, nécessitant au besoin des preuves d'exclusion et de réintroduction en aveugle. Le traitement, s'il est nécessaire, repose sur la diminution ou l'exclusion du lait alors que les fromages et yaourts sont en général mieux tolérés. En cas de régime prolongé, il est important de maintenir un apport calcique normal, en raison des risques sur la minéralisation osseuse.